Dans le Gard, des séances de sport pour voir s’épanouir les (anciens) malades du cancer

L’association Les Roses du Gard soutient les femmes pendant et après un cancer. D’ailleurs, elle relance cet automne son programme sport santé. D’abord prévu en mars, il avait dû être annulé en raison de la pandémie de COVID-19. Si la situation sanitaire le permet, ce rendez-vous débutera le mardi 15 septembre 2020 pour se terminer mi-décembre.

Se dépasser, partager, s’entraider. Telles sont les valeurs défendues par l’association Les Roses du Gard, basée sur la commune de Générac (Gard). Le programme sport santé est destiné aux hommes et aux femmes ayant ou ayant eu un cancer. Il comporte deux séances hebdomadaires d’activités physiques adaptées, et ce pendant trois mois. La première d’entre elles proposera une session de longe-côte au Grau-du-Roi (Gard). Les participants pourront ainsi renforcer leurs muscles tout en marchant dans l’eau. La seconde sera une séance d’activité physique variée, en salle, à Générac (Gard).

Mélanie Domergue
L’association Les Roses du Gard relance son programme sport santé en cet automne 2020.

Une professionnelle diplômée et des membres de l’association encadreront ces rendez-vous. Attention : ce programme sportif ne pourra accueillir que 15 personnes. Si vous avez des questions ou si vous êtes intéressé.e, contactez le 06 13 04 43 96 ou bien envoyez un mail aux adresses secretariat@assopass.fr, asso.rosesdugard@gmail.com ou feminaprev@gmail.com

Hélène Milan a créé l’association Les Roses du Gard en octobre 2018. Elle a elle-même triomphé de la maladie en 2012. L’association rassemble hommes et femmes souhaitant soutenir et accompagner les personnes atteintes d’un cancer, qu’elles soient en cours de traitement, ou bien après.

Vers une Maison d’accueil et de soins de support à Nîmes

Les Roses du Gard et ses membres nourrissent un espoir : inaugurer une maison d’accueil et de soins de support à Nîmes. Ce serait une première dans le département du Gard. Il en existe déjà une à Castelnau-le-Lez (Hérault), baptisée Étincelle Occitanie.

Ce lieu « cocooning » serait ouvert 5 jours sur 7, et permettrait aux patientes de bénéficier gratuitement d’une activité physique adaptée, de soins esthétiques, de massages bien-être, de réflexologie, de sophrologie, d’activités de plein air (marche, équithérapie, paddle, etc.), mais aussi d’un accompagnement social, et d’une aide au retour à l’emploi ou au reclassement professionnel après la maladie, de conférences, de cours de cuisine…

« La maladie précarise, les soins sont onéreux. Des gens renoncent au sport, et il existe pour le moment peu de salles adaptées. Nous souhaitons leur offrir une occasion de se réunir, car il est très important d’avoir un lieu de vie en dehors de l’hôpital », explique Hélène Milan. Pour apporter votre soutien à l’association et lui permettre de réaliser ce projet, vous pouvez adhérer aux Roses du Gard (20 €/an) ou leur faire un don juste ici.

Sport et cancer : plusieurs thérapies en France

Une activité physique adaptée est bénéfique, pendant ou après un cancer. En 2016, la Fédération nationale CAMI sport et cancer rappelait, via une étude, que 74 % des patients pratiquaient toujours une activité physique malgré la maladie (sur 1 500 personnes interrogées).

Parmi les nombreux avantages, notons une meilleure résistance à la fatigue liée au traitement, une régénération plus rapide des fibres musculaires non atteintes par les traitements et une baisse du risque de dépression grâce à la sociabilisation. Pratiquer un sport adapté à sa maladie peut ainsi aider à la rémission.

La Fédération nationale CAMI agit d’ailleurs au quotidien pour dispenser et développer des thérapies sportives, à destination de patients atteints d’un cancer ou ayant vaincu un cancer. Nous avons recensé ci-dessous les différentes séances proposées par l’association dans toute la France. Les pictogrammes bleus détaillent les séances de sport à l’hôpital. Les violets regroupent les séances en ville. Les verts listent les thérapies sportives accessibles après un cancer. Par ailleurs, chaque thérapie listée s’accompagne d’un contact électronique et/ou téléphonique.

Photos : Association Les Roses du Gard
Texte et infographie : Mélanie DOMERGUE

Laisser un commentaire