Culture

Coup de cœur littéraire : “J’irai te chercher jusqu’au bout du monde”, par Shobha Rao

Le secteur de la culture a souffert cette année, et Noël approche : à cette occasion, la rédaction vous propose de faire d'une pierre deux coups en offrant à vos proches un premier roman, aussi touchant que percutant. Qui plus est, il traite d'un sujet déjà traité mais finalement peu connu : la violence subie par les femmes indiennes.

Noël approche à grands pas ! Aujourd’hui plus que jamais, il est important d’offrir des cadeaux culturels à vos proches. Je suis Wonder Woman vous propose une idée de cadeau : le premier roman de Shobha Rao, “J’irai te chercher jusqu’au bout du monde”.

Une immersion bouleversante sur la condition féminine en Inde. Le lecteur fait tour à tour connaissance avec Poormina puis Savitha, deux adolescentes à qui l’innocence va être brutalement arrachée. L’une, résignée, attend le mari désigné par son père. L’autre, indépendante, rêve de grands espaces et se moque bien des regards qu’on lui porte. De cette rencontre improbable naît une amitié forte.

D’ailleurs, elle les maintiendra toutes les deux en vie, même séparées. Chacune de leur côté, elles affronteront un mariage arrangé, des mutilations, des viols, la prostitution et l’esclavage. Au fil des épreuves, chacune se rattache à l’espoir de se revoir pour supporter une journée supplémentaire.

Selon nous, ce livre n’est pas à mettre en toutes les mains : de nombreuses scènes de violence sont crues et détaillées.

Une maturité émotionnelle est nécessaire pour lire des passages durs. C’est néanmoins là toute l’intention de l’auteure : dénoncer ce qui se passe dans l’Inde qu’elle décrit, déranger pour mieux sensibiliser. “J’irai te chercher jusqu’au bout du monde” est un premier roman réussi : bien écrit et très visuel, il est facile de s’imaginer partager successivement le chemin qu’empruntent les deux personnages féminins.

Shobha Rao Mélanie Domergue
Shobha Rao vient de signer son tout premier roman.

Qui plus est, ce livre pourrait être un bon début pour s’intéresser au féminisme en Inde. Une cause encore trop peu connue, en France ou ailleurs. Shobha Rao a quitté l’Inde à ses 17 ans pour rejoindre les États-Unis. Aujourd’hui, elle se fait porte-parole et poursuit les deux siècles de combats menés avant elle.

En Inde, le féminisme indien n’a pris sens qu’à partir de 1947, lors de l’indépendance du pays. L’éducation des jeunes filles a progressé : leur accès à l’alphabétisation et à leur éducation s’est amélioré, mais il diffère de foyer en foyer et connaît encore des manques. Le mariage et l’éducation des enfants demeurent une priorité : l’entrée des femmes sur le marché du travail est ainsi estimée à une quarantaine d’années, contre une vingtaine d’années pour les hommes.    

Le viol, le mariage ou l’avortement forcé, les violences physiques ou psychologiques des femmes sont toujours d’actualité, et malgré les voix qui osent s’élever, “J’irai te chercher jusqu’au bout du monde” rappelle que l’Inde reste le pays le plus incertain et dangereux pour les femmes.

Texte : Mélanie DOMERGUE
Photo de couverture : Mélanie DOMERGUE

Infos : “J’irai te chercher jusqu’au bout du monde” est disponible aux éditions Xo Éditions (19,90 €).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :