8 mars Culture

Musiques actuelles : « Où sont les femmes ? », le cri du cœur de Lux Montes

Les musiques actuelles manquent de femmes : c'est le constat dressé par l'artiste Lux Montes avec sa reprise de "Où sont les femmes ?"

L’artiste Lux Montes a choisi la date symbolique du 8 mars pour sortir son titre « Où sont les femmes ? », reprise du morceau de Patrick Juvet. Il s’agit d’un extrait de son deuxième album, « La Traversée », disponible à l’automne prochain. Avec cette version piano-voix, elle s’interroge sur les clichés liés au genre féminin, et met en lumière la trop grande absence des femmes dans le domaine des musiques actuelles.

Certes, cette fois, le rythme de la chanson se prête moins à une fin de soirée un peu alcoolisée. C’est l’occasion de se concentrer davantage sur les paroles et de les adapter à notre époque. Le clip, en lui-même, est déjà très parlant. La première scène nous montre Lux Montes dansant seule, au milieu d’une pièce. Où sont les autres danseurs, et plus encore, où sont les femmes ? Autour d’elle, plusieurs murs sont érigés, ce qui peut donner lieu à plusieurs interprétations.

Il y en a une, évidente. Nous pouvons y voir des barrières métaphoriques, dressées pour empêcher d’accomplir ce que l’on souhaite. Même si elles paraissent trop hautes pour être franchies, elle peut continuer de s’entraîner, jusqu’au jour où, peut-être, les murs finiront par tomber. Un autre plan nous montre Lux Montes face caméra. On la voit tantôt affublée de gants jaunes et d’un tablier, tantôt se débarrassant de quelques vêtements.

Elle se joue ainsi des clichés qui peuvent coller à l’image de la femme : indissociable de ses tâches ménagères, ou bien trop séductrice et sexualisée, même pour des gestes simples. Qu’importe, Lux Montes se joue de ces deux images : une fois qu’elle a renfilé ses gants, les mains sur ses hanches, là voilà qui prend la pose, comme une super-héroïne.

Un rapport de force inégal

Lorsque nous la retrouvons danseuse, c’est aux côtés d’un homme. Là encore, la symbolique est forte. Quoi qu’elle fasse, c’est lui qui mène la danse. Ses efforts ne sont pas suffisants pour réussir à le déloger. Cette représentation est à l’image de ce que Lux Montes espère dénoncer à travers ce cover : l’absence de visibilité des femmes sur la scène des musiques actuelles.

Bien que la Française soit basée à Liège, ce constat est malheureusement aussi vrai en France qu’en Belgique. Au printemps 2020, une étude du Centre National de la Musique (CNM) pointait déjà du doigt le manque de visibilité des femmes. Seulement 14 % de femmes programmées lors des festivals français de musiques actuelles. Quant aux Scènes de musiques actuelles, les femmes n’en dirigent que 17 % sur le territoire.

musiques actulles Mélanie Domergue
Lux Montes a choisi la date du 8 mars pour pointer du doigt l’absence des femmes sur la scène des musiques actuelles. Crédit photo : Lyla Bangels

Près de chez nous, la représentation est un peu meilleure. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, la Belgique manquait de données objectives pour chiffrer la place de la femme dans son industrie musicale. C’est désormais chose faite grâce à un premier rapport réalisé en septembre 2020 par la plateforme Scivias. Il détaille la présence et le rôle qu’occupent les musiciennes et professionnelles de la musique en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Du côté des musiques actuelles belges…

Ce travail (bien qu’impacté par la Covid) indique que 48 % de femmes font partie des institutions sondées par Scivias. Côté programmations (salles, festivals et labels), 28 % de femmes y sont présentes. C’est bien sûr encore trop peu.

Toutefois, communiquer autour de ces chiffres provoque petit à petit un éveil des consciences. Ici et là, des actions se mettent en effet en place et la solidarité s’organise pour faire bouger les choses.   

Le label de Lux Montes en est l’une des preuves, puisque la vocation de Verdad Records est de promouvoir la visibilité des artistes féminines de musiques actuelles. En parallèle, l’artiste belge est même investie dans l’agence de co-management « Une fois », qui organisera son tout premier festival du 4 au 9 juillet 2022 aux Riches-Claires. Le ton est donné avec le hashtag #Womenonstage.

Une artiste poétique et engagée

Lux Montes s’illustre donc comme une artiste engagée sur la scène musicale. Originellement issue de la scène alternative parisienne, elle a fait partie de quelques formations folk-rock avant de s’embarquer dans une carrière solo en s’installant à Liège. Les inspirations de la chanteuse et multi-instrumentaliste (Kate Bush, David Bowie et Yma Sumac) retranscrivent un univers à la fois poétique et envoûtant, teinté d’ombre et de lumière.

Si elle n’oublie jamais ses origines andalouses (Lux pour lumière et Montes pour montagne), elle n’entend pas non plus renier sa place de femme dans l’industrie musicale. « Je suis une femme », chante-t-elle en outro de ce titre. Une affirmation comme une prise de position.

Photos : Lyla Bangels et Dazzle Jam
Texte : Mélanie DOMERGUE

POUR SUIVRE L’ARTISTE LUX MONTES SUR INTERNET :

POUR SUIVRE VERDAD RECORDS SUR INTERNET :

POUR SUIVRE L’AGENCE DE CO-MANAGEMENT « UNE FOIS » SUR INTERNET :

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :